Facteurs déterminants des prix des CEE : Une vue d’ensemble du marché en 2024

prix des CEE

Publié le : 04 avril 20247 mins de lecture

Soumis à des obligations de sobriété énergétique, les fournisseurs d’énergie et autres obligés achètent chaque année des CEE. Ils en font l’acquisition auprès d’intermédiaires, qui pratiquent eux-mêmes des tarifs plus ou moins avantageux. Ce type de transaction s’inscrit dans un cadre de compensation des effets du dérèglement climatique, imposé à des entreprises émettant beaucoup de kWh.

Comment se fournir en CEE ?

L’achat de CEE à d’autres fournisseurs est un moyen parmi d’autres de s’en procurer. Le financement de projets CEE constitue une autre option. Acquérir des certificats d’économies d’énergie auprès d’interlocuteurs éligibles (qui ont de leur côté rempli leur mission de compensation de kWh) présente un double avantage. Les fournisseurs acheteurs se conforment ainsi à la réglementation en la matière. En outre, ils sont en mesure d’inciter leur clientèle à opter pour une rénovation énergétique. Le sésame que représente le CEE en termes de sobriété énergétique s’accompagne d’une aide personnalisée. Les particuliers ont donc tout intérêt à envisager des travaux. Ils peuvent dès lors profiter d’un remboursement partiel de la facture pour cette rénovation. Celle-ci entraîne aussi des économies de consommation, et un meilleur confort thermique à la maison. Le prix des CEE en 2024 reste un élément essentiel à cet égard. Plusieurs facteurs justifient les disparités entre les propositions des vendeurs. Les particuliers font appel au fournisseur d’énergie de leur choix, pour bénéficier d’un coup de pouce qui rend leur maison moins énergivore. Afin de sélectionner la formule la plus avantageuse, vous pouvez recourir à un comparateur comme opera-energie.com. Le montant du coup de pouce financier varie en effet selon plusieurs critères. En fonction du type de travaux, des économies d’énergie prévues et des ressources perçues, l’aide CEE atteint un montant personnalisé. Les certificats d’économies d’énergie présentent donc des avantages pour les fournisseurs et pour les particuliers. Lorsque les premiers en font l’acquisition, ils peuvent faire bénéficier les seconds de réductions sur leurs travaux de rénovation énergétique. À ce double aspect positif s’ajoute l’effet concret sur la baisse de la température globale. Changer sa chaudière ou isoler sa maison s’avère plus facile dans le cadre des CEE, grâce à un parcours balisé. Il suffit de se laisser guider !

Qui peut demander ces aides ?

Les propriétaires et les locataires sont concernés, y compris pour une résidence secondaire. Le bien immobilier ne doit pas être neuf, mais achevé depuis deux ans au moins. Les travaux éligibles sont liés à l’optimisation thermique du logement. Il peut donc s’agir d’isolation, au niveau de la toiture, des murs, des portes et des fenêtres. La nature des travaux change selon les caractéristiques de la maison. Pour un bien plutôt ancien, c’est une isolation par l’intérieur qui s’impose. Cette technique convient aussi pour une isolation partielle. À l’intérieur, des travaux de ce type évitent de modifier l’aspect de l’habitation. Sur des façades plus récentes, une isolation par l’extérieur se révèle très efficace. Des travaux d’isolation de qualité impliquent une ventilation correcte, pour conserver un air sain dans la maison. Cette aération ne doit pas causer de fuites de chauffage, sources de gaspillage thermique. Des entreprises ou artisans certifiés RGE sont incontournables pour percevoir les aides CEE. Il revient au fournisseur de verser ces sommes aux particuliers ayant fait isoler ou rénover leur maison. Ce coup de pouce prend parfois la forme d’une déduction sur la facture, voire de bons d’achat. Outre l’isolation, les équipements de chauffage et de climatisation sont concernés. C’est l’occasion de remplacer sa chaudière énergivore par un modèle plus moderne, moins gourmand en kWh. Les économies possibles grâce à des équipements peu énergivores sont importantes. Elles sont primordiales parmi les facteurs qui influent sur les prix des cee. L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) réalise ce type de calculs selon la mesure du « kWh cumulé-actualisé ». Les tarifs pratiqués sur le marché des CEE pèsent aussi sur leur montant. Le coefficient de performance du nouvel équipement de chauffage détermine également le rabais lié à votre CEE.

Comment bénéficier concrètement du CEE ?

Une fois le fournisseur d’énergie choisi, le vôtre ou un prestataire qui propose une aide avantageuse, il faut faire établir un devis pour les travaux que vous prévoyez. Si la proposition vous convient, après signature du document, vous pouvez contacter un professionnel pour votre rénovation énergétique. Cet interlocuteur doit être doté de la qualification RGE. La mention « Reconnu Garant de l’Environnement » est impérative pour profiter du coup de pouce financier. Ce label est un gage fiable pour une rénovation énergétique ad hoc. Le professionnel RGE propose à son tour un devis. Dès que le particulier le signe, les travaux peuvent commencer. Les factures de votre rénovation sont à envoyer au fournisseur d’énergie. Ce coup de pouce CEE est compatible avec d’autres aides. Ces dernières incluent MaPrimeRenov’, l’éco-prêt à taux zéro, ainsi que le crédit d’impôt « transition énergétique ». Le label RGE garantit une meilleure performance thermique, quel que soit le type de travaux réalisés. Le devis de l’entreprise mentionne les équipements installés. Leurs caractéristiques sont consultables sur les bons de commande ou les descriptifs. La hausse globale des tarifs de l’énergie a un effet sur les prix des CEE.

L’enjeu pour les particuliers est donc crucial. Les aides CEE constituent des outils qui favorisent le passage à une consommation énergétique raisonnée. Le confort thermique de la maisonnée s’améliore, sans fuites d’air chaud. Ces déperditions causent des gaspillages et sont coûteuses pour le foyer. Lorsque ces émanations proviennent de systèmes de chauffage polluants, au fioul ou de poêles à bois à l’ancienne, des particules nocives dégradent la qualité de l’air. Faire réaliser des travaux d’optimisation thermique chez soi permet également de valoriser les énergies non fossiles. Les pompes à chaleur géothermiques, peu énergivores, peuvent convenir aux propriétaires d’une maison individuelle. Les panneaux solaires sont quant à eux une solution pour produire sa propre électricité à domicile.


Plan du site